La voix des ARCHIVISTES MÉDICAUX DU QUÉBEC
panier


Historique de la profession

 

La profession d'archiviste médical existe depuis plus de cent ans. Trouvant ses origines en France au tout début du 20e siècle, elle s'est par la suite répandue dans les pays industrialisés. Voici son histoire au Québec, des débuts à aujourd'hui.

William Farr et Jacques Bertillon1900
William Farr, médecin épidémiologiste, et Jacques Bertillon, médecin et statisticien à la ville de Paris, sont les premiers statisticiens médicaux. En août de cette année, le gouvernement français organise la première conférence internationale visant à établir une nouvelle Classification internationale des causes de décès.

1903
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) adopte la première classification médicale, dont la diffusion sera rapide et à l'échelle mondiale.

1918
Les hôpitaux en Amérique du Nord sont standardisés. Chaque hôpital doit établir un service des archives médicales pour la conservation des rapports. La profession d'archiviste médical devient donc nécessaire, car les hôpitaux doivent engager des spécialistes en classification des pathologies.

1928
L'Association des archivistes médicales en Amérique du Nord est fondée, au congrès de l'American College of Surgeons tenu à Boston au Massachussetts.

1935
L'Association des archivistes médicales de la province de l'Ontario voit le jour. Plusieurs archivistes du Québec s'y joignent.

1937
Les deux premières écoles d'archives médicales du Canada sont créées, l'une à l'hôpital St-Michael de Toronto, l'autre à l'Hôtel-Dieu de Kingston.

1942
L'Association canadienne des archivistes médicales (CAMRL) est fondée.

Photo : L'école d'archives médicales de l'Hôtel-Dieu de Montréal 1950
L'école d'archives médicales de l'Hôtel-Dieu de Montréal ouvre ses portes. Obligatoirement intégrée dans un hôpital général reconnu, elle possède une école d'infirmière où les archivistes médicaux reçoivent leur formation. Cette école fermera en 1956.

 

Photo :

1958
Le programme d'études en archives médicales de l'Hôpital St-Vincent-de-Paul de Sherbrooke est lancé. Affilié à la faculté des Arts de l'Université de Sherbrooke, ses cours sont dispensés par des archivistes médicaux, des médecins et des avocats. La même année, le Dr Roger Côté, un Québécois, publie la SNOMED (Systematised Nomenclature of Medecine), un ouvrage monumental auquel il a travaillé de nombreuses années.

1960
Les hôpitaux appartenant aux communautés religieuses et aux compagnies passent aux mains de l'état, suite aux changements introduits par le gouvernement provincial. Celui-ci vise l'accès universel aux services de santé et l'uniformisation de la gestion des hôpitaux et les archivistes médicaux doivent faire l'apprentissage des lois qui les régiront.

1961
La Loi sur l'Assurance-hospitalisation entre en vigueur.

1962
C'est au tour de l'école d'archives de l'Hôtel-Dieu du Sacré-Cœur de Cartierville d'ouvrir ses portes. Elle sera transférée au Cégep Ahuntsic de Montréal en 1968, suite à la transformation en profondeur du système d'éducation québécois (création des CÉGEPS, en 1967).

1968
La Loi sur l'Assurance maladie est adoptée.

1971
La Loi sur les Services de santé et les Services sociaux est à son tour adoptée.

1975
La 9e révision de la Classification internationale des maladies est lancée.

Photo : Mégaordinateurs1981
Grâce à l'inauguration de MED-ECHO (Maintenance et exploitation des données pour l'étude de la clientèle hospitalière), les archivistes passent des index manuels aux données traitées par le MSSS à l'aide des mégaordinateurs de l'époque.

Parallèlement, on adopte la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels et on inaugure le Fichier des tumeurs du Québec, qui contribuera à diminuer la mortalité des cancers.

Photo : Archivistes médicales au travail1986
La profession est propulsée par l'évolution de l'informatique. Auparavant centralisé au MSSS, MED-ECHO fait ses débuts en autonomie locale. Les archivistes médicaux peuvent dorénavant exploiter eux-mêmes les statistiques médicales des établissements.

1989
Le programme en archives médicales ouvre au Collège Laflèche de Trois-Rivières.

1995
Le Registre des traumatismes du Québec est inauguré. Il permettra de diminuer la mortalité des traumatismes graves. La même année, on instaure les «  Diagnosis Related Group   » qui servent à l'allocation des ressources financières aux établissements et on lance le programme d'archives médicales du Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption.

2005
Ouverture du programme en archives médicales ( « Medical Records», offert en anglais seulement) du Collège O'Sullivan de Montréal.

2006
La 10e révision de la Classification internationale des maladies (CIM-10-CA) voit le jour. Les archivistes œuvrent maintenant avec des versions électroniques des classifications. Cette nouvelle édition englobe aussi des problèmes et situations qui ne sont pas des maladies, mais qui représentent des risques pour la santé, comme les facteurs professionnels et environnementaux, le mode de vie et le milieu psychosocial.


Imprimer le document
2021-11-30 19:36:03